Cameroun~Le rapport de la chambre des comptes sur l’affaire «Covidgate»aux oubliettes

Le silence des autorités face à l’un des plus grands scandales de l’année en cours inquiète les populations


Dans un document produit au mois de juillet dernier, la plus haute juridiction du pays avait alerté l’opinion au sujet des malversations financières dans la gestion de 180 milliards de Fcfa octroyés par le Fonds monétaire international ( Fmi) pour accompagner le gouvernement dans la lutte contre la pandémie Covid-19. La mention faite par cette institution fait état de « marchés de gré à gré», de « non respect des procédures dans l’acquisition du matériau sanitaire», de « surfacturations» et bien d’autres manquements graves. Cette sortie de la cour des comptes portée à la haute attention du président Paul Biya avait suscité une vague de remous chez l’opposition, la société civile de même qu’au sein des populationsprincipales bénéficiaires des fonds. Depuis lors les tons hausses pour réclamer la justice afin que les responsables répondent de leur acte. Toutefois, lesilence radio des autorités ne passe pas inaperçu. “Où sont les 180 milliards ? J’ai été placé sous isolement après avoir été testé positif au Coronavirus. Mais j’ai été contraint de payer mes soins. Je ne suis pas la seule victime. Nous n’avons rien bénéficié des 180 milliards du Fmi”. Le témoignage de ce citadin résidant à Yaoundé s’apparente à celui de notre source proche du dossier. “Nous avons fait ce qui est de notre ressort, c’est- à- dire rapporter les faits d’une situation qui met en scène les membres du gouvernement. Il y’a assez d’éléments ou de preuves tangibles sur la culpabilité des autorités qui ont géré les fonds Covid”. Tour à tour auditionnés par les enquêteurs du Tribunal criminel spécial ( Tcs) les prévenus ont regagné leurs fonctions sans que la moindre charge ne leur soit imputé. “ Une honte pour le Cameroun. Il était urgent qu’ils soient démis de leurs postes pour être entendus comme tout citoyen ordinaire”. S’ exclame Jean Robert Wafo un cadre du Social democratic front ( Sdf) un parti politique de l’opposition qui voit d’un mauvais œil le fait que ces derniers soient maintenus à la tête des entités étatiques. Même si l’on évoque depuis quelques joursle retrait du passeport de quelques- uns l’affaire Covigate démontre pour de nombreux camerounais la lenteur du chef de l’ État devant des cas nécessitants sa diligence.

William Omer Tchuisseu

EburnieNews Afrique